En continuant à utiliser ce site, vous acceptez les conditions générales et notre utilisation des cookies.
Canicule : la baignade toujours avec prudence

Bien-être

La vague de chaleur débutée mercredi va encore s’intensifier ce jeudi sur un large quart sud-ouest jusqu’à la basse vallée du Rhône, et va gagner progressivement les régions plus au nord. Le pic de l’épisode est attendu entre ce jeudi et samedi. Pour lutter contre ces hautes températures, vous aurez sans doute envie de vous baigner. Que vous le fassiez en mer, dans un lac ou encore à la piscine privée ou publique, voici quelques rappels essentiels.

Pour les enfants. « Il est important d’apprendre à nager aux enfants le plus tôt possible ou tout du moins de les habituer au milieu aquatique », rappelle Santé publique France. Et même s’ils savent nager, et « quel que soit le lieu de baignade, un enfant doit toujours être surveillé de manière permanente et rapproché par un seul adulte responsable », recommande l’agence. « Le mieux étant de se baigner avec l’enfant. » Vous préviendrez ainsi le risque de noyade.

Pour les adultes. Si vous ne savez pas nager il n’est jamais trop tard pour apprendre. Et là encore, même si vous êtes bon nageur :

– « il faut tenir compte de votre état de santé ;

– ne pas vous baigner si vous ressentez un trouble physique (fatigue, problèmes de santé, frissons) ;

– ne pas surestimer votre condition physique et votre niveau de natation ;

– ne pas consommer d’alcool avant de vous baigner ;

– rentrer dans l’eau progressivement, surtout après une longue exposition au soleil ». Cette dernière recommandation permet de prévenir le risque d’hydrocution.

Enfin, « il est nécessaire de tenir compte de l’environnement de baignade, surtout en cours d’eau, plan d’eau et en mer, de s’informer sur les conditions météorologiques et, de manière générale, de respecter les consignes de sécurité, interdictions de baignade et se baigner dans les zones surveillées signalées par les drapeaux de baignade », conclut Santé publique France.

Source : Santé publique France

    Laisser une réponse